La Tragédie du Roy Franc-Arbitre ou le paysage en ruine de l’Eglise romaine

Alessandra Preda

Resumo


L’étude analyse les personnages et le décor d’une tragédie en italien et en prose, La Tragedia del libero arbitrio, composée par un moine défroqué, le bénédictin Francesco Negri. La tragédie paraît en 1546, sans lieu d’édition, mais publiée probablement chez J. Oporin à Bâle et elle obtient un succés que cette étude cherche à expliquer. La tragédie paraît au moment de l’ouverture du Concile de Trente et traite des thèmes actuels, tels que la grâce et le libre arbitre. Mais bien au-delà d’un sec débat théologique, la pièce donne corps et voix aux controverses les plus abstraites: le ‘petit livre’, en effet, met sous les yeux du spectateur-lecteur une fiction spatiale - le règne du libre arbitre - qui matérialise horriblement les concepts et les institutions catholiques. Il s’agit d’un procédé de construction satyrique qui vise à écraser l’Église romaine en la représentant comme un vaste paysage en ruine et une architecture grandiose, mais intimement pourrie, vouée à la décomposition. L’étude met en relief la finalité de ce paysagepédagogique: ce règne permet aux néophytes de la foi luthérienne de visualiser, donc de mémoriser, selon le procédé connu des arts de la mémoire, le ‘système’ catholique et sa corruption. Même le libre arbitre, acquiert tout autre familiarité si l’on apprend sans effort sa généalogie et son histoire: le destin tragique du personnage consiste en effet dans une confiance en ses propres actions qui devient arrogance et tyrannie à la fin de la pièce jusqu’au moment où Grâce justifiante, envoyée par Dieu, tranche la tête de ‘Libero Arbitrio’, en dénonçant son aveugle présomption. Reimprimée à Venise en 1547, la tragèdie de Negri connaît une nouvelle édition en 1550 avec une Préface et une Confession de l’auteur signée Francesco Negri Bassanese. Une traduction française est publiée à Genève chez Jean Crispin en 1558, bientôt suivie d’une contrefaçon, la première trace de l’activité d’un faussaire normand qui publie sous la marque de Crespin. L’étude analyse aussi la fortune ‘française’ de la tragédie.


Texto completo:

PDF

Apontamentos

  • Não há apontamentos.